Cas SIG Transport

GEOMAP GIS, la solution SIG dédiée aux infrastructures de transport, accompagne la construction et la maintenance de la Ligne à Grande Vitesse Sud Europe Atlantique. 

La nouvelle ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux a été mise en service le 2 juillet 2017. Cette nouvelle ligne, Sud Europe Atlantique, relie Paris et Bordeaux en 2h05.
C’est le système d’information géographique GEOMAP GIS dédié à la gestion des infrastructures de transport, qui a été choisi pour accompagner la phase de construction et d’exploitation.

vue schématique transport

La concession entre Tours et Bordeaux (LGV SEA) est confiée à LISEA (Ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique) depuis 2011. Le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire dans son rôle de maître d’ouvrage assure l’interface entre le concédant SNCF Réseau (ex-RFF), le concepteur-constructeur (COSEA) et l’exploitant-mainteneur (MESEA), et les autres acteurs et financeurs du projet. LISEA avait pour objectif de mettre en place un SIG pour gérer le suivi d’exécution de la LGV, préparant ainsi le futur système de maintenance du patrimoine ferroviaire dès la phase de construction.

Le SIG linéaire centralise tous les éléments de la construction

C’est en 2011 au démarrage du chantier de construction, que COSEA avait choisi la solution GEOMAP GIS pour la mise en œuvre du Système d’Information Géographique, qui allait accompagner la construction de la LGV Bordeaux Tours. La ligne s’étend sur 340 kilomètres au total (dont 38 de raccordements), à travers 113 communes et 6 départements

La solution GEOMAP GIS a permis de centraliser dans un SIG linéaire tous les éléments liés à la construction de la LGV,  permettant ainsi à tous les acteurs de renseigner, consulter, éditer et mettre à jour les données au fur et à meure de l’avancement des travaux.

Accès rapide à de nombreuses thématiques complexes en web

Le SIG intègre toutes les informations utiles à la réalisation des études et du tracé (plan parcellaire,  communes et départements traversés, orthophotoplan, bâtis, forêts, occupation du sol, réseau ferré, réseau routier, dépendances, réseaux enterrés, ….). Il  permet de recenser les actifs linéaires (gestion des nœuds et des tronçons du réseau de voies ferrées, points kilométriques…), gérer le génie civil et les équipements (environ 500 ouvrages d’art dont 30 viaducs, aiguillages, caténaires, signalisation, énergie, télécommunications…). Pour la gestion des documents associés, la solution est interfacée avec le système de GED Advitium de la société Lascom.

De nombreuses thématiques telles que les milieux naturels, l’occupation des sols, les ressources hydrauliques, la faune et la flore, viennent compléter les données d’infrastructure technique.

Pour la gestion des acquisitions foncières, une maquette 3D de la future ligne a permis aux utilisateurs en charge des négociations avec les propriétaires, de disposer d’une visualisation 3D des futurs projets. Les vues 3D ont permis de valider l’insertion paysagère de la ligne.

SIG Ferroviaire

 GEOMAP GIS utilise des concepts de référencement linéaire

L’application GEOMAP GIS, de par son système de référencement linéaire (en PK + abs), a permis de doter le SIG de construction d’une multitude de fonctions telles que les localisations et les recherches dynamiques dans l’espace géographique constitué par la LGV, ainsi que la gestion des travaux au fur et à mesure de leur exécution, la création de rapports d’avancement utilisant des vues schématiques, le placement dynamique des ouvrages exécutés,.

Notons que le GEOMAP GIS utilise les concepts de géocodage curviligne et de segmentation dynamique qui sont employés pour représenter, analyser, rechercher, et illustrer les éléments linéaires d’un réseau. On peut alors associer des attributs multi-sources à une portion d’arc ou encore à une section.  Le modèle gère aussi les positions latérales des objets, ainsi que les pentes et altitudes des nœuds et des PK, ou de tout point sur les axes.

vue schématique

Espace collaboratif pour accéder à l’information précise en temps réel

L’application LGV SEA fonctionne sur des postes SIG bureautiques (clients AutoCAD et ArcGIS) pour la réalisation de saisies graphiques, qui nécessitent des fonctionnalités de dessin et d’accrochage de précision. Avec son déploiement en web, ce sont plus de 1 500 utilisateurs qui ont alimenté le système avec la création et l’édition de données concernant tous les domaines de la construction.

Etant donné la complexité et le nombre élevé des données intégrées et gérées dans la base de données, le socle technique GEOMAP GIS, partagé par toutes les équipes en charge de la construction fournit un espace collaboratif qui a largement facilité la définition du tracé, le pilotage et la coordination des travaux, ainsi que la concertation des différents acteurs qui ont pu travailler autour d’un référentiel géographique commun.

D’un point de vue organisationnel, financier, et technique, le SIG a contribué à améliorer la productivité par un accès à l’information précise en temps réel, ce qui a favorisé le respect des délais et le suivi des budgets autant dans les phases de conception que de réalisation.

Intégration de la GMAO dans GEOMAP pour la maintenance de la LGV

En alimentant le système d’information géographique tout au long de la construction, le constructeur avait déjà initié le principe de la continuité de service et préparé la future application de maintenance des infrastructures et des ouvrages.
La solution de gestion de la maintenance assistée par ordinateur de l’éditeur Carl a été choisie par le mainteneur Mesea, notamment en raison son intégration avec le logiciel GEOMAP GIS. Les deux sociétés ont une liaison dynamique entre leurs logiciels. L’interaction entre les deux solutions permet de disposer d’une vision consolidée du patrimoine et des interventions, dans laquelle à partir d’une sélection géographique d’actifs, il est possible de gérer les activités de maintenance.

Le SIG LGV dispose de processus métier prêt à l’emploi, qui lui permet de rentrer en exploitation et maintenance avec des outils adaptés à la gestion du cycle de vie des infrastructures et des équipements.